Accueil Actualités Contact Forum
 
 
 

 Etudes - Essais et histoires - Approches interne et externe du monde de Tolkien (1/10)
Approches interne et externe du monde de Tolkien


Il y a quelques temps, lors d’une discussion passionnée sur un forum tolkiendil, mon adversaire¹, agacé sans doute par le fait que nos deux points de vue tournaient en rond sans jamais se rejoindre, en est venu à traiter – gentiment – un de mes amis et partenaires dans le débat de « bougre d’externaliste », lui-même se plaçant bien sûr dans le camp opposé, celui des « internalistes ». L’expression m’a amusé dans la forme mais le fond nous a troublés, et nous a lancés dans un débat visant à déterminer ce qu’était un internaliste et ce qu’était un externaliste, ce qui nous a quelque peu éloignés de la question d’origine. Finalement, nous en sommes plus ou moins restés à l’idée que ces notions étaient en fin de compte un piège et qu’elles étaient plus un obstacle qu’un atout pour comprendre Tolkien.

Cela m’a paru dommage, car à mon avis cette opposition conceptuelle recouvre une réalité et traduit une divergence de points de vue tangible et tout à fait fructueuse. Cela pourrait sembler évident à ceux qui sont familiers des débats traditionnels de la critique littéraire. En effet, les notions d’approches « externe » et « interne » ont un sens bien précis en analyse classique, et ni leur efficacité ni leur utilité ne sont en général remises en cause. On appelle « analyse interne » une analyse qui étudie le texte seul, en faisant intervenir par exemple ses aspects stylistiques ou poétiques, mais sans faire référence à des éléments qui lui sont extérieurs, comme la biographie de son auteur ou le contexte social, culturel, historique etc. dans lequel il a été rédigé. Inversement, l’approche « externe » désigne dans cette perspective une analyse qui éclaire le texte et le comprend à l’aide de ces éléments de contextualisation.

Cette première opposition, ces premiers outils de travail sont sans aucun doute très utiles pour étudier Tolkien, au même titre que n’importe quel autre auteur, au moins en littérature ; mais il me semble que ce n’est pas là ce à quoi font référence beaucoup de passionnés – ou de spécialistes – de Tolkien quand ils parlent des deux approches. En fait, une grande confusion règne autour de l’emploi de ces termes dans le milieu tolkiendil, certains les employant dans le sens universitaire traditionnel, d’autre dans une toute autre optique, sans toutefois définir clairement ce dont ils parlent. Moi-même je me suis vu reproché de sortir du sens premier (chronologiquement parlant) de ces notions.

Ce reproche me pose un problème, car je n’ai découvert ce sens universitaire que récemment, et jusque là je donnais aux concepts « d’internalisme » et « d’externalisme » une signification toute différente, et qui me semble à la fois partagée par beaucoup et très efficace pour réfléchir sur Tolkien. Il s’agit donc ici de construire ou tout au moins de mieux définir ces nouveaux outils d’analyse permettant de mieux penser cet auteur. Les deux approches, envisagées dans leur acception traditionnelle, sont efficaces mais insuffisantes car elles ne permettent pas de bien rendre compte de la spécificité de l’œuvre de Tolkien à l’intérieur de la littérature, spécificité qui vient de la nature essentiellement mythologique de son Légendaire².

¹ L’emploi de ce terme m’a beaucoup été reproché, mais il ne me semble nullement choquant – si on le comprend bien. Nous ne sommes pas (pas encore) en situation de guerre, mais simplement de débat d’idées. Je peux donc avoir des adversaires ; pour autant je n’ai pas d’ennemis.
² Ce point ne constituant pas le cœur de la présente recherche, il ne sera qu’abordé très brièvement. Il soulève de nombreuses questions que je débattrai dans une étude à venir.


1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10   Suivant
TOP | © www.tolkienfrance.net